Raoul Salan, officier de la Coloniale Agrandir l'image

Raoul Salan, officier de la Coloniale

978-2-37271-123-4

Bernard Zeller

Nouveau

15,00 €

Fiche technique

Pages68
Dimensions21 x 29,7 cm
Couverturesouple
Date de parutionfévrier 2019

En savoir plus

Bande dessinée. Texte : Bernard Zeller. Dessins : Pierre Tillocher.
Préface de Jacques Valette.

   Le général Salan eût-il été tué lors de l’attentat fomenté par des activistes d’extrême-droite qui coûta la vie à son chef de cabinet en janvier 1957, la presse eût écrit qu’un général républicain et de gauche avait été assassiné à Alger.
   C’est tout le paradoxe de la personnalité de Raoul Salan (1899-1984), brillant combattant des deux guerres mondiales et commandant en chef en Indochine et en Algérie. Partisan de l’Algérie française, il jouera un rôle majeur dans le retour au pouvoir du général de Gaulle, puis prendra la tête de l’OAS, échappera de peu à la peine de mort, passera six années en maison de détention avant d’être libéré et, finalement, réhabilité par François Mitterrand le 23 novembre 1982.

   Polytechnicien, Bernard Zeller a fait toute sa carrière dans les industries spatiales et de défense. Il a publié Le Journal d’un prisonnier, de son père le général André Zeller, chez Tallandier en 2014, écrit un ouvrage sur Edmond Michelet préfacé par Michel Déon, et a co-signé une biographie du général Salan.
   Pierre Tillocher, jeune graphiste et tailleur de pierre, dessine depuis son enfance. Il a été meilleur apprenti de France. Sculpteur, il a participé à la restauration du château de Chambord et réalisé plusieurs statues pour des chapelles et des demeures anciennes. Raoul Salan, officier de la Coloniale est sa première bande dessinée.
   Agrégé de l’université, Jacques Valette est docteur ès-lettres et professeur honoraire des universités. Spécialiste de l’Indochine et de l’histoire de la colonisation et de la décolonisation, il est l’auteur de nombreux articles sur le contre-maquis pendant la guerre d’Algérie. Il est membre de l’Association des Écrivains Combattants et membre libre de l’Académie des sciences d’outre-mer.

Du même auteur :

L'autre visage d'Edmond Michelet 

Dans la Presse

L'algérianiste, n°166, juin 2019

   Bernard Zeller, le fils du général André Zeller, déjà auteur avec Jean-Paul Angelelli d'un ouvrage paru en 2016 chez Pardès éditions "Salan - qui suis-je?", nous propose de nouveau sur le même sujet mais cette fois, et c'est une excellente idée, une bande dessinée sur l'excpetionnel destin du général Salan.
   Pour une première c'est vraiment une réussite, les auteurs ont su lettre les ingrédients nécessaires afin que cette BD soit passionnante de bout en bout. Premièrement, raconter la vie et la carrière militaire de ce grand homme que fut le général Salan sont déjà une garantie en soi. Deuxièmement, solliciter un bon dessinateur et colriste, là aussi le pari est largement gagné. Le talentueux Pierre Tillocher nous restitue avec réalisme et authenticité les paysages parcourus par Raoul Salan tout au long de sa vie: de la Somme en 1918 en passant par la Syrie, l'Egypte et le Soudan, l'Indochine, le débarquement de Provence, la libération de Toulon, le franchissement du Rhin, l'Allemagne et l'Algérie évidemment. Les personnages sont très ressemblants et les scènes de combat réalistes.
   Bernard Zeller, l'auteur, a prélevé dans les mémoires de Raoul Salan et les documents d'archives, les propos du général qui nous relatent son extraordinaire parcours de combattant au service de la France, mais aussi ses doutes, ses états d'âme, ses blessures physiques et morales, sa bonne étoile au combat et surtout lors de l'attentat au bazooka du 16 janvier 1957 perpetré à Alger par des officines gaullistes télécommandées depuis Paris.
   Malheureusement, le commandant Rodier aura moins de chance, il périra dans cet attentat visant le général Salan. Les conjurés voyaient leur cible comme le "futur fossoyeur de l'Algérie française"… Cruelle ironnie de l'histoire.
   De case en case, superbement illustré, nous uivons l'extraordinaire parcours du général Salan, sa guerre en 1918, ses séjours en Indochine dont il tomba amoureux, sa parenthèse d'agent de l'ombre au Soudan, sa participation active pendant la Seconde Guerre Mondiale, ses rencontres avec de Lattre, Leclerc, Hô Chi Minh, Giap, puis son engagement pour l'Algérie française avec le putsch, l'OAS, son arrestation et son procès.
En préambule sur la première planche, deux cases nous livrent, sur celui que l'on surnommait le "Mandarin", le fond de sa pensée concernant deux événements majeurs survenus dans sa vie. La première illustrant la liesse populaire le jour de l'armistice du 11 novembre 1918, Salan écrit "avoir eu l'honneur d'être sur la ligne de feu le 11 novembre sera la plus grande fierté de ma vie", la deuxième en 1962, le montrant face à ses juges du haut tribunal militaire "Avoir été jugé et condamné par un tribunal composé de magistrats et d'officiers français aura été la plus lourde épreuve de ma vie".
   Cette bande dessinée est préfacée par Jacques Valette, professeur honoraire des universités et auteur de plusieurs ouvrages sur le général Raoul Salan.
   Une signification des sigles, des repères chronologiques, une bibliographie ainsi que des appréciations sur Salan complètent cet ouvrage pédagogique. A lire et à faire lire sans modération.
Daniel Estrella